mardi 6 février 2018

Daria Ylioutine

Putain, il neige !

Aujourd'hui,  j'étais pas sûr de rentrer : à mon taf, les bagnoles étaient bloquées par un bus en travers de la chaussée. Ça s'engrainait gentiment, klaxons, insultes, et ça allait même au tas.

Quand j'étais gosse, je trouvais la neige trop cool. En vieillissant, je deviens con, ça me casse les couilles : tu peux pas prendre la bagnole, la RATP te sort son excuse de merde climatique pour te sucrer ton train et même tes pieds te trahissent alors que tu te casses la gueule devant témoins. Et cerise sur le gâteau, tu ruines tes pompes.

Okay, ça reste joli. Mais moins quand même que les courbes de la jolie Daria ci-contre (c'te transition !), xéno-archéologue de profession.

samedi 3 février 2018

L'épouvantail (2.0)

Je l'ai refait, le Chien de Guerre.

La première version me plaisait pas. Pas assez inspirant.
Je trouve celui-ci bien plus classieux.

Sûrement d'autres PNJ à suivre.
Finalement, ya du monde en Akhadie !

jeudi 25 janvier 2018

Westhammer

Il est beau, il est chaud, l'orc pistolero !

Aujourd'hui, j'ai suivi un sujet plutôt bandant sur les JDR western sur un forum. Ça m'a fait penser à Deadlands, puis à un jeu amateur assez fendard qui mélange Far-West et Warhammer : Westhammer. Les règles sont basiques, voire même assez fades, mais l'univers, rogntudjuuuu, titille mon imagination de rôliste frustré !

Un remplaçant pour Deadlands ? On verra bien, après lecture !

mardi 23 janvier 2018

L'Epouvantail

Ok, c'et toujours du noir et blanc.

Ok, c'est toujours un mec au faciès patibulaire et enfouraillé comme un croiseur.

Ok, les poses sont jamais très variées.

Mais j'ai décidé d'y aller progressivement. Comme m'a dit mon mentor, artiste-peintre de profession, l'important, c'est s'entraîner à dessiner vite.

On y est. Enfin presque, quoi !

samedi 13 janvier 2018

Série noire

Il me fallait un film de qualité pour effacer de mon cerveau l'ignominie Starwars. Alors je suis allé voir le Crime de l'Orient-Express.

Mal m'en a pris. C'est un film fade, sans saveur, sans rythme, sans émotion. Voir cette superbe histoire de justice et de vengeance massacrée par un scénariste visiblement sans talent m'a conforté dans l'idée que mettre plus de douze boules dans une séance de ciné sans se renseigner un minimum avant, c'est dangereux.

Si on ajoute à ça les transformations d'usage des personnages (noms, origines, croyances) pour relayer les messages puants des donneurs de leçons du système, c'est la nausée assurée.

Je reste sur l'excellente adaptation de l'oeuvre de mon enfance, avec Albert Finney, Lauren Bacall et Sean Connery entre autres géants du cinéma qui font passer nos acteurs contemporains pour de sombres imposteurs.

Le cinéma, c'était mieux avant.